3 questions à la Fédération du Commerce et de la Distribution 

20/04/2021
Le principe de renégociation annuelle a-t-il été impacté par le COVID19 ? 
Le principe de la renégociation en lui-même n’a pas été impacté par le COVID19. En revanche, l’application des protocoles sanitaires a conduit à ce que les échanges entre fournisseurs et distributeurs dans le cadre des négociations annuelles 2021 se déroulent en visioconférence. C’était une première et nous aurions pu penser que ce mode de fonctionnement ralentirait les négociations car rendrait peut-être les échanges plus difficiles. Mais nous avons au contraire constaté un rythme de conclusion des accords un peu plus rapide que l’année précédente.
 
Quelques mois après, comment la crise du COVID19 vous a impactée ? 
La crise du COVID a eu des impacts différents selon les secteurs : certains commerces, notamment alimentaires ou d’équipement de la maison, ont connu une activité en hausse, d’autres comme l’habillement ont été très négativement impactés. De manière générale, tous ont dû faire face à la nécessité d’ajuster leurs offres face à l’impact du Covid sur la consommation, de mettre en œuvre de façon efficace les protocoles sanitaires, et de s’adapter aux différentes mesures de couvre-feu ou de fermetures mises en œuvre par le Gouvernement. La crise a également accéléré la transition du commerce vers le modèle omnicanal, alliant physique et digital, qui devient aujourd’hui un impératif pour la survie des commerces. Les investissements nécessaires pour achever cette transition vers l’omnicanalité sont considérables, et l’accompagnement par l’Etat de l’ensemble des acteurs, petits ou gros, est donc incontournable. Nous appelons à une véritable stratégie gouvernementale sur le sujet avec la mise en œuvre d’un plan de relance du secteur du commerce.
 
Quelles sont les nouvelles attentes des consommateurs ? 
Les enquêtes consommateurs montrent que la crise a contribué à renforcer l’attrait des consommateurs pour des produits Français et locaux. Parallèlement, le critère du prix se renforce dans les priorités des consommateurs, touchés par la crise économique. En effet, si les Français ont épargné 111 milliards d’euros de plus en 2020 qu’en 2019, 70 % de l’épargne accumulée l’a été par 20 % des foyers seulement. Aujourd’hui une grande partie des Français limite leur consommation :  en février 2021, la proportion de ménages estimant qu’il est opportun d’épargner était au plus haut depuis 1995. La relance de l’économie et de la confiance des ménages est donc un enjeu primordial pour le secteur.
   
Conditions Générales de Vente  |  Mentions légales  |  Devenez partenaire                                                                                                                 Copyright © 2020 Lexposia. Tous droits réservés. 
                                                                                                                                                                                                                                                   Site mis à jour : 17/03/2021